Sous les voiles

from by Kouzy Larsen

/

lyrics

Sous les voiles
------------------
Sous le voile de poussières accumulées
Par des siècles de croyances,
Par plus de deux millénaires de prières murmurées,
De murmures gaspillés.
Sous ce voile de poussières, la pensée,
Balbutiante, suffocante encore, tel un nouveau né,
Barbotte en s’étouffant dans sa baignoire amniotique.
Comme d’autres l’ont fait depuis longtemps,
Entre les dieux et le vin, j’ai choisi le vin.
Entre les dieux et la chair, j’ai choisi la chair.
Comme d’autres l’ont fait depuis longtemps,
Entre les dieux et le pouvoir, je renonce aux deux,
les dieux et le pouvoir depuis longtemps se prêtent serment.

Et pourtant, pourtant, sur ce rythme qui balance,
Mes rêves boitent jusqu’à Téhéran.

Sous le voile de mes certitudes,
J’arpente les boulevards peuplés du Caire.
Mon regard imbécile craignant d’être voyeur,
Posé sur la pointe de mes chaussures.
Évitant comme je le pouvais de me heurter
Aux vendeurs de fèves.
Évitant à tout prix d’offenser du regard
Les femmes qui me croisaient.
Sous le voile de mes certitudes,
Je n’étais pas préparé à lever mon regard imbécile,
Prenant à la lettre leurs foulards colorés
Pour des remparts sacrés.
Mais leurs petits rires nerveux et leurs gloussements
Me tirèrent par l’oreille jusqu’à me faire relever le menton.
Accueillant leurs regards insistants posés depuis longtemps sur mon être
Étranger, nomade, blond et solitaire,
Je me sentis léger.

Je me sentis léger comme leurs voiles
Qu’aussitôt en pensée curieuse comme les leurs
J’ôtai avec lenteur.
Je me sentis léger comme leurs voiles
Qu’aussitôt en pensée curieuse comme les leurs
J’ôtai avec la lenteur d’un jasmin qui s’ouvre un soir d’été.

Sous le voile du smog, j’entends
Les clapotis du soleil qui miroitent sur le Nil.
Sous le voile de mes découvertes,
Je longe les rives du fleuve
Et confie à une amie mes idylles platoniques.
À nouveau comme un enfant qui barbotte
Dans sa baignoire amniotique,
Balbutiant, suffocant sous le voile du smog,
Je me fais tirer par l’oreille.

Sous le seul voile de sa chevelure irakienne,
Son visage s’anime :
« Il faut sauver les chevilles ! » me dit- elle
« Il faut sauver les chevilles ! »
« Il faut sauver les chevilles de leurs regards impudiques !
Il faut sauver les chevilles de leurs regards frustrés, hypocrites !
Il faut sauver, les chevilles. »

Et pourtant, pourtant, sur ce rythme qui balance,
Ses rêves boitent jusqu’à Bagdad.

credits

from Si vivants, released December 18, 2014

tags

tags: rock Brussels

license

all rights reserved

about

Kouzy Larsen Brussels, Belgium

contact / help

Contact Kouzy Larsen

Streaming and
Download help

Redeem code